Les favoris traditionnels, sans invité : Brésil, Argentine, Uruguay, Chili

Alors que la Copa America débute le 15 juin, les traditionnels favoris vont sûrement devoir faire face à un invité surprise à la table des favoris. Cet outsider que personne n’attend et qui, contre toute attente, parvient à livrer une prestation XXL. Déjà, parmi les grands favoris se trouvent le Brésil et l’Argentine. Le Brésil, emmené par son sélectionneur Tite, est LE grand favori de cette compétition. Même s’ils ont déçu lors de la Coupe du Monde, il ne faut pas oublier que les partenaires de Neymar restaient l’équipe la plus séduisante d’Amérique du Sud. Un jeu offensif et de grandes individualités à tous les postes en font un groupe redoutable pour cette édition.

Cependant, il faudra également compter sur l’Argentine de Lionel Messi. Malgré l’énorme trou d’air connu par les Albicelestes, les nombreuses individualités en font un favori naturel à la victoire finale. Surtout, avec son génie argentin bientôt âgé de 32 ans, l’Argentine n’aura pas nécessairement d’autres occasions avant longtemps. Le Chili, double tenant en titre de la Copa America, connait une situation similaire à l’Argentine. Enfin, il faudra compter sur l’Uruguay et sa paire défensive Godin – Gimenez. Auteurs d’un joli mondial, ils comptent bien remporter de nouveau le trophée après l’édition 2011.

 

Les outsiders inattendus : Japon, Colombie… Pérou ?

Au rang des outsiders, certains prétendants se dégagent. A commencer par l’invité exceptionnel qu’est le Japon ! Depuis 2016 et l’invitation du Mexique à la Copa America, le comité d’organisation a pris l’habitude d’inviter une ou deux équipes hors continent sud américain. Et les japonais ont tout de l’outsider inattendu. Auteurs d’une jolie Coupe du Monde 2018, ils étaient à deux doigts de sortir le demi-finaliste belge.

Enfin, la Colombie, même diminuée de nombreux joueurs et en grande difficulté pour se renouveler, reste une équipe importante du continent sud américain. Ils seront, une fois encore, emmené par le vieillissant duo Radamel Falcao – James Rodriguez, mais sans son sélectionneur historique José Pekerman (2012-2018). Enfin, le Pérou tient également une chance de faire un beau parcours lors de ce tournoi. Avec un groupe composé du Brésil, de la Bolivie et du Vénézuela, les partenaires de Paolo Guerrero (35 ans) ont les armes nécessaires pour s’extraire d’un groupe à leur portée. Quelle équipe fera donc déjouer les pronostics et le titre promis au Brésil ?