Annulation possible ?

L’annulation des championnats, hypothèse de plus en plus probable

Hypothèse encore farfelue il y a quelques semaines, l’hypothèse de l’annulation pure et simple des championnats devient envisageable. A l’heure actuelle, la majorité des championnats sont suspendus depuis le 17 mars. Officiellement, certains championnats “doivent” reprendre au mieux au 3 avril, au pire, au 31 avril. Mais à mesure que les autorités publiques ne cessent de prolonger le confinement, la reprise des compétition ne peut réellement être envisagée.

Une question se pose dès-lors : quitte à repousser éternellement les championnats, ne faudrait-il pas les annuler pour démarrer la saison 2020-2021 comme il faut ? Les conséquences seraient logiquement dramatiques pour certains clubs assurés de leur destin. C’est notamment le cas de Liverpool qui n’a besoin que de 6 petits points pour être sacré champion pour la première fois depuis… 1990 ! C’est également le cas pour certaines équipes qui espèrent la montée en première division.

 

Autre solution : terminer les championnats au mois d’août

Pour le moment, seule la Serie A s’est prononcée sur certaines solutions. Pour l’heure, elle a décrété son envie coûte que coûte de terminer la saison actuelle de Serie A, quitte à finir au mois d’août. Mais pour mieux coordonner les championnats entre eux et au niveau européen, un consensus sera nécessaire. Certains clubs de Premier League (Brighton, Norwich) se seraient positionnés pour une annulation pure et simple de la saison actuelle à cause du risque sanitaire.

Cependant, à l’heure actuelle, la plupart des Ligues se sont prononcées en faveur d’une conclusion des championnats, quitte à finir en août. Les choses pourraient néanmoins évoluer rapidement, à l’image du championnat russe de basketball qui vient officiellement d’annuler la saison en cours. Un acte qui pourrait bien servir de précédent au monde du football qui nage pour le moment en plein doute. Car peut importe les choix qui seront faits, les conséquences seront dramatiques.