Victoire heureuse après une prestation très décevante

On attendait enfin une grande prestation des bleues, au final on se contentera d’une victoire heureuse ! Il faut dire qu’en face elles jouaient le Brésil de la multiple meilleure joueuse du monde Marta. Face à une telle armada, il fallait que les bleues haussent leur niveau de jeu. Malheureusement, tout au long de la partie, elles n’ont pas su élever le rythme. Pourtant tout commençait bien lorsque Valérie Gauvin reprenait un centre de Diany de la tête et ouvrait le score (23e).

Mais après une décision contestée sur VAR, l’arbitre choisissait de finalement refuser le but. Et si le match était plein d’intensité, il restait particulièrement pauvre en occasions. A tel point que les brésiliennes s’en contentaient au moment de rentrer au vestiaire. Et dès le début de la deuxième mi-temps, la France parvenait enfin à ouvrir le score sur une magnifique reprise de Valérie Gauvin (52e). Malheureusement Thaisa égalisait rapidement (63e). Le reste du match restait particulièrement décevant et la fin du temps règlementaire était sifflée.

 

Obligation de hausser le niveau de jeu pour viser plus haut ?

Lors de la 1e mi-temps des prolongations, Debinha était sur le point d’inscrire le but de la victoire, cette dernière ayant battue Sarah Bouhaddi sur sa ligne. Heureusement pour les bleues, Mbock était auteure d’un formidable sauvetage sur la ligne juste derrière sa gardienne (105e). Le but de la libération venait finalement d’Amandine Henry après un magnifique coup franc d’Amel Majri (106e). Ces dernières exultantes après une victoire heureuse, leur nouvelle prestation pose question.

En effet, complètement bridées, que ce soit à cause de l’enjeu ou de l’adversaire, les partenaires d’Eugénie le Sommer ne sont jamais parvenues à donner leur pleine mesure. Mis-à-part la parisienne Kadidiatou Diani intenable sur son côté droit, les bleues ont proposé un jeu inquiétant. Surtout, l’absence d’initiative s’est fait telle que même le Brésil est d’un seul coup apparu excellent. A l’heure où les joueuses de Corinne Diacre ont rempli leur contrat pour atteindre les quarts de finale, elles semblent condamnées à hausser leur niveau de jeu si elles ne veulent pas faire face à une terrible déconvenue face aux Etats-Unis.