Choc des cultures entre le PSG et le Bayern Munich

Choc des cultures et des idéologies entre les deux clubs

Alors que le PSG affronte le grand Bayern Munich en finale de la Ligue des Champions, c’est un véritable choc des cultures. D’un côté, le Bayern est installé comme un géant historique de l’Europe avec notamment 5 Ligue des Champions. Surtout, l’ogre munichois a fondé sa réputation de manière très simple : des finances particulièrement saines, et un recrutement axé sur les meilleurs joueurs allemands ou issus de la Bundesliga. Ainsi, l’ensemble des onze titulaires du club ont été recruté pour une somme totale de 95 M€.

Surtout, le club dirigé par Rummenigge est un partisan d’une Ligue européenne fermée entre clubs historiques du vieux continent. A cette fin, l’allemand a souvent été en première ligne pour critiquer un certain Paris Saint-Germain. Car en face, on parle d’un club fondé en 1970, et qui a connu sa principale épopée européenne en 1995 et 1996, en vivant une demi-finale de C1, puis en remportant la C2. Et depuis le rachat par QSI en 2011, le PSG a investi plus de un milliard d’euros pour se construire une équipe.

 

Paris est enfin devenue une vraie équipe

Mais voilà, le PSG n’est jamais parvenu à dépasser le stade des quarts de finale car son effectif ressemblait plus à une addition d’individualités. En ce sens, le recrutement de Neymar et Mbappé n’a pas fait un grand bien dans un premier temps. Les deux joueurs se considéraient comme des solistes et privilégiaient toujours la solution individuelle. Mais cette saison, l’état d’esprit a complètement changé pour le club francilien. Tout est parti de la réintégration de Neymar dans l’effectif après son départ avorté au Barça.

Le brésilien est revenu avec un état d’esprit irréprochable. Ce dernier s’est mué en leader sur le terrain et sa mission était claire : remporter la Ligue des Champions. A la fois présent offensivement et défensivement, il a su créer une équipe autour de lui. Ça s’est vu contre l’Atalanta en fin de match, et surtout contre Leipzig en demi-finale. Désormais, les parisiens doivent aller au bout pour ne pas conserver un goût d’inachevé.