Un championnat à 22 équipes ?

Un prêt de 224,5 millions d’euros

Après de nombreuses contestations suite à l’annonce de l’arrêt des championnats, la LFP vient d’annoncer l’obtention d’un prêt. En effet, la semaine dernière, l’instance dirigeante avait annoncé la fin prématurée de la saison 2019/2020 de football. Suite à cela, de nombreux clubs à l’image de Lyon, Toulouse et Amiens, avaient annoncé déposer un recours.

En effet, les conséquences financières sont dramatiques. Les diffuseurs ont logiquement annoncé qu’ils ne paieraient pas la partie concernant la fin du championnat. De plus, outre la perte des droits télé, de nombreux clubs n’ont pas encore trouvé d’accord avec le salaire de leurs joueurs. Mais alors, qu’elles sont les solutions de la LFP face à cette vague de contestations ?

 

Suffisant pour compenser le manque de trésorerie de certains clubs ?

Dans un premier temps, si elle ne peut rien faire concernant l’injustice sportive, la LFP a trouvé une solution économique. En effet, dans un communiqué, elle vient d’annoncer l’obtention d’un prêt de 224,5 millions d’euros à destination des clubs français. Cette somme correspond aux droits télé manquants pour la fin du championnat. Ce prêt, obtenu dans le cadre du plan du gouvernement, est donc garanti par l’Etat.

C’est un donc un premier décisif franchi par la LFP. Suffisant pour compenser le manque de trésorerie de certains clubs ? Pas sûr. Si certains clubs comme Nîmes ou le PSG ont une excellente trésorerie, d’autres clubs ne peuvent pas en dire autant. C’est notamment le cas pour l’OM ou Toulouse qui souffrent particulièrement de l’arrêt du championnat. Outre les droits télé, l’absence de billetterie ou de vente de produits dérivés pourrait coûter cher. Enfin, l’obtention du prêt ne pourra pas permettre de compenser les conséquences sportives de l’arrêt du championnat. Quoiqu’il en soit, la LFP vient de poser la première pierre de la reconstruction du championnat de France.