Un championnat à 22 équipes ?

La majorité des équipes mécontentes des solutions de la LFP

Contrairement aux autres championnats qui favorisent un retour au jeu pour les équipes, la LFP s’inscrit dans le contre-courant. En effet, suite à une annonce du Premier Ministre, la Ligue 1 a été prématurément mise à terme avec attribution du titre au PSG. Cependant, parmi les équipes sportivement touchées par ce choix, l’Olympique Lyonnais, Amiens et Toulouse le sont plus durement. En effet, les Gones ne seront pas européens la saison prochaine.

Du côté d’Amiens et Toulouse, c’est la relégation assurée. Si le destin de Toulouse ne faisait pas de doute, l’espoir était permis pour Amiens qui n’accusait que 4 points de retard sur Nîmes, barragiste. Finalement, lésés par cette décision jugée trop prématurée, les trois équipes ont décidé de déposer un recours. En effet, ce qui est reproché n’est pas tant l’arrêt prématuré des championnats mais plutôt les décisions prises avec un manque de transparence. Pourtant, les acteurs du football ont proposé une autre alternative : un championnat à 22 équipes.

 

Une Ligue 1 à 22 clubs, est-ce réellement envisageable ?

En effet, lors d’un live Facebook organisé par Amiens, de nombreux entraineurs comme Laurent Blanc ou Gustavo Poyet se sont prononcés en faveur d’une Ligue 1 à 22 clubs pour la saison 2020/2021. Les arguments sont nombreux : Toulouse et Amiens garderaient des chances sportives et économiques de survie. Pendant ce temps, Lorient et Lens conserveraient le bénéfice d’une saison réussie. Enfin, à l’issue de la saison, quatre clubs seraient logiquement relégués pour repasser à une saison à 20 clubs.

Le calendrier pourrait rendre la chose possible, sachant que la Coupe de la Ligue a été supprimée la saison prochaine. Mais cette solution à tout d’hypothétique, et peut-être impossible. Car la question principale qui se pose, c’est la question de la distribution des droits télés. En période de précarité, les clubs de Ligue 1 accepteraient-ils de partager le gâteaux en 22 au lieu de 20 parts ? Rien n’est moins sûr alors qu’à l’image d’Aulas (OL) et Eyraud (OM), les présidents ne font pas preuve de solidarité. Surtout, la LFP ne semble pas vouloir faire machine arrière. La solution sera donc désormais juridique.