La politique lilloise fonctionne pour le moment

Lille et ses jeunes, une politique qui marche bien

Depuis l’arrivée de Gérard Lopez à la tête du LOSC, la politique est claire au sein du club. Celle-ci s’oriente principalement sur le trading de ses joueurs à la plus haute valeur marchande. Certes, il peut sembler surprenant de fonder une partie de ses revenus sur les ventes de ses actifs immobilisés, incarnés par ses joueurs. Pourtant, à l’image de nombreux clubs, Lille a emprunté cette voie avec un succès certain. Car, malgré les ventes de jeunes joueurs, ces derniers continuent d’être compétitifs.

Lors de la saison 2018/2019, les lillois de Christophe Galtier se sont brillamment qualifiés pour la C1. Cette saison, malgré un coup de moins bien, ils sont tout de même parvenus à se qualifier pour la Ligue Europa, alors même que la C1 n’était pas loin. Et sur le plan des ventes, tout fonctionne également pour le mieux avec la vente record de Nicolas Pépé pour 80 M€ à Arsenal l’été dernier. En parallèle, ils continuent re remplir “leur stock” en achetant d’autres jeunes.

 

Le triste exemple Monaco

Avec 150 M€ à présenter avant la fin du mois de juillet, les lillois de Gérard Lopez doivent toujours vendre plus pour rentrer dans les clous de la DNCG. Pour combler une grosse partie de ce montant, les lillois sont sur le point de procéder à la vente de Victor Osimhen pour un montant record. Le joueur de 21 ans pourrait être cédé pour un montant de… 81 M€ à Naples ! Un montant exceptionnel mais qui encore une fois montre les capacités de Luis Campos a bien vendre les jeunes.

Mais cette politique est-elle viable sur le long terme ? Pas sûr lorsque l’on voit ce que cela a donné pour certaines équipes. L’exemple le plus marquant reste Monaco qui ne cesse de dégringoler depuis son titre de champion acquis en 2017. Et inévitablement, cette stratégie à court terme du LOSC risque de coûter très cher.