L'histoire entre Paris et ses jeunes se complique

L’histoire entre Paris et les jeunes se complique…

Avec la signature de Tanguy Kouassi (18 ans) au Bayern Munich, l’histoire entre Paris et ses jeunes semble se compliquer encore un peu plus. Car, comme l’étayaient de nombreux articles, un très grand nombre de top joueurs européens sont issus du bassin parisien (Pogba, Mahrez, Mbappé, Martial, etc.). Pourtant, peu d’entre eux font une carrière au Paris Saint-Germain. Une problématique qui est en partie liée à la gestion des jeunes du côté du Paris Saint-Germain.

Après le démantèlement de l’équipe réserve, le PSG avait utilisé le mercato 2019 pour dégager des liquidités en vendant de nombreux jeunes : Diaby (15 M€), Nkunku (13 M€), Nsoki (12 M€), Weah (10 M€) et Zagre (10 M€). Mais depuis l’arrivée de Leonardo au poste de directeur sportif, il y a une volonté de faire de nouveau confiance aux jeunes parisiens. Cette saison, Thomas Tuchel a fait confiance à de nombreux d’entre eux comme Tanguy Kouassi (18 ans) ou encore Colin Dagba (21 ans).

 

Comment trouver le juste équilibre ?

Mais cela ne semble pas suffire. Cette fois, c’est Tanguy Kouassi qui a refusé de prolonger avec le PSG pour signer librement avec le Bayern Munich, avec à la clé un contrat de 4 ans. Un véritable camouflet pour la direction francilienne qui comptait faire de Kouassi le potentiel successeur de la charnière Kimpembe – Marquinhos. Cela étant, les solutions envisageables afin de sortir de cette situation sont particulièrement restreintes.

La première concerne la signature du premier contrat professionnel des joueurs. Dans les autres pays européens, il n’y a aucune restriction dans la signature du contrat. Il en va autrement en France, puisque le premier contrat pro ne peut-être supérieur à 3 ans. Une vraie difficulté qui a poussé le PSG a vendre nombre de jeunes pour ne pas les voir partir gratuitement. Surtout, la politique de Paris doit être plus assumée concernant la confiance accordée aux jeunes. Il ne doit pas seulement s’agir d’un discours, mais d’une politique qui se réalise à tous les étages du club. Paris arrivera-t-il a endiguer la crise de la jeunesse ?